Modèle Holographique de la conscience

    Soumis par Zero Gravity le jeu 02/02/2017 - 00:19
    Français

    Rapprochement Corps & Esprit La dichotomie entre le corps et l'esprit reste un des grands problèmes non résolus de l'humanité. On peut recueillir des indices précieux sur la connexion possible entre conscience et ordre implicite (Réalité multidimensionnelle supérieure, de David Bohm). Lorsqu'on écoute un morceau de musique et à la première note perçue par notre cerveau, on peut avoir la sensation directe de la manière dont une suite de notes s'enroule à différents niveaux de conscience et comment, à un moment donné, les transformations découlant des notes ainsi enroulées s'interpénètrent et se mélangent pour donner naissance à une sensation immédiate et primaire de mouvement. Bohm va jusqu'à supposer que c'est là une façon pour chacun de nous de faire l'expérience de la nature implicite ou holographique de la conscience.

    Comprendre simplement /Processus de la mémoire

    Karl Pribram, neurophysiologiste à l'université de Stanford, a travaillé sans rapport avec Bohm au cours de la dernière décennie et a lui aussi proposé un modèle holographique de la conscience. Il montre que la mémoire n'est entreposée dans aucune partie repérable ou cellule individuelle du cerveau, mais paraît également répartie dans le cerveau tout entier. Un des acquis fondamentaux de la neurophysiologie est basé sur la découverte de relations directes entre certains secteurs du cerveau et les fonctions spécifiques du corps: localisation de la parole, de la vision, etc. Dans les années 1920 déjà, le neurophysiologiste Karl Lashley découvrit qu'une altération partielle du cerveau n'empêchait pas une personne d'accomplir les fonctions contrôlées par la partie endommagée. Aujourd'hui, les neurophysiologistes comme Karl Pribram interprètent ce phénomène comme la preuve que les structures responsables de la mémorisation et du souvenir ne sont pas localisées dans une zone spécifique du cerveau mais distribuées dans sa totalité, tout comme l'image d'un hologramme est contenue dans toutes ses parties.

    Domaines de présence/Domaines de fréquences

    Le neurophysiologiste postule qu'à un niveau accessible à nos perceptions la réalité objective est peut-être holographique et que l'on pourrait la considérer comme "domaine de fréquences". C'est-à-dire que même le monde que nous connaissons pourrait ne pas être composé d'objets. Peut-être ressentons-nous seulement des mécanismes se développant par l'intermédiaire de vibrations de fréquences. Pribram suggère que nous traduisons ces vibrations de fréquences en un univers solide et objectif parce que notre cerveau fonctionne selon les mêmes principes pseudo-holographiques que les vibrations de fréquences, et qu'il est capable de les convertir en images, un peu comme le tube cathodique convertit les fréquences en images apparaissant sur notre écran de télévision. Pribram en conclut que nous ne créons pas la réalité, pas plus que nous ne la percevons, mais que "le cerveau génère ses propres constructions et images de la réalité, de telle façon qu'elles entrent en résonance avec la réalité existante". Bohm pense que, si l'Univers est indéterminé à un niveau infra-atomique, cela signifie que la réalité est un tissu sans coutures et que seul notre comportement "idiosyncrastique" (notre façon d'être, état d'esprit) nous incite à le diviser en catégories aussi arbitraires que le corps et l'esprit. Ainsi la conscience ne peut être considérée comme fondamentalement distincte de la matière, pas plus que la vie ne peut l'être de la non-vie. Il n'y a pas de dualisme car vie et non-vie sont deux catégories secondaires et dérivées, toutes deux enveloppées par un terrain supérieur commun.

    Son interprétation dans l'avenir/Transformées de Fourier

    Selon Pribram, le cerveau est le siège de transformations "holonomiques" (l'information joue le rôle d'interféfence dans les modèles vibratoires) qui distribuent l'information (notamment sensorielle) dans diverses régions et qui la regroupe en cas de remémorisation. Cette hypothèse va à l'encontre de la conception classique selon laquelle l'information est mémorisée dans des groupes de neurones bien définis. Selon le chercheur, il existerait dans le cerveau une décomposition des signaux en transformées de Fourier qui permettrait de mémoriser les entrées sensorielles dans le domaine des fréquences des neurones excités. Ainsi, selon Pribram, les "dendrites" (assurent la synthèse des neurotransmetteurs entre les neurones) produisent une transformation spectrale des "épisodes de la perception". Cette information spectrale transformée est mémorisée sur un très grand nombre de neurones distribués. Quand l'épisode générateur est remémoré, une transformation inverse se produit, sous forme d'une production dendritique inverse. Ce processus donnerait naissance à la conscience de veille.

    Dynamique électrique des neurones

    Freeman WalterOn peut se poser la question de savoir s'il n'y aurait pas des rapprochements à faire avec les analyses de la dynamique électrique des neurones (voir par exemple les travaux de Walter Freeman) et si la théorie holographique du cerveau a ou non trouvé des applications en matière d'intelligence artificielle. La dynamique correspondante du cortex a été modélisée par des réseaux d'équations différentielles non linéaires. Les solutions à ces équations montrent l'existence de points d'équilibre, de cycles limites et d'attracteurs chaotiques, mis en évidence par des graphiques interactifs. Ceux qui comme nous avaient déjà du mal à nous retrouver dans les mathématiques classiques considérons avec sans doute des espoirs excessifs, dus à l'ignorance, les possibilités explicatives de l'auto-organisation et de l'émergence dans les systèmes complexes, donnant naissance en permanence à de nouveaux "patterns" (mode d'organisation ou de distribution). Ces patterns sont identifiés comme la manifestation du chaos, donnant l'impression d'être du bruit, mais cachant un ordre sous-jacent et la capacité de changements rapides et étendus, comme ceux de la pensée humaine. Ce sont là des horizons à prendre tout à fait au sérieux, même lorsque l'on n'est pas mathématicien. Il n'avait jamais été possible avant l'apparition de la dynamique non linéaire de distinguer entre le bruit et le chaos. Dorénavant au contraire d'innombrables phénomènes relèvent de cette nouvelle mathématique, depuis la dynamique des fluides (météorologie, hydrologie), l'analyse des flux circulatoires, l'économie et la finance, la sociologie et la politique. Pourquoi pas le fonctionnement de la pensée?

    Ce que vous avez toujours voulu savoir

    Ce que vous avez toujours voulu savoir L'absence de division entre corps et esprit, affirme Bohm, peut nous conduire à de nouvelles évaluations de nous-mêmes et de notre rôle dans l'Univers. Si l'Univers est holographique et que chaque cerveau humain interpénètre tous les autres cerveaux humains (à savoir toutes les autres particules de l'Univers), à un niveau donné, situé au-delà de l'expérience subjective ordinaire, la race humaine n'est peut-être qu'un seul et même organisme. Voici les prémices d'un nouveau thème: "le champ morphogénétique". Bohm reste prudent et ne va pas jusqu'à affirmer que cette interconnexion pourrait reproduire des phénomènes proches de la perception extra-sensorielle. Ouverture d'esprit vers les thèmes sur la perceptions extra-sensorielles (ESP). Il se contente de relever que "différentes personnes se trouvant en harmonie sont susceptibles en effet de développer des notions identiques en même temps". Nous voici maintenant plongés dans les :"Esprits Frappeurs". Ce qui serait presque impossible à distinguer de ce que l'on considère comme la "télépathie".

    Extrait de: http://philippelopes.free.fr/ModeleHolographiqueConscience.htm#Page