Rupert Spira

Profile picture for user Rupert Spira
Céramiste et enseignant dans la voie de la non-dualité
    Bio

    Il débute la poterie avec Henry Hammond puis se perfectionne avec Michael Cardew au Wenford Bridge Pottery entre 1980 et 1982. Son éveil spirituel sur la voie de la non-dualité l'a conduit à le partager au travers de satsangs et d'ouvrages. Il fut l'élève de Francis Lucille.

    Rupert Spira est aussi un auteur et enseignant du domaine de la non-dualité, "advaita" en sanskrit et particulièrement s'inscrivant dans la voie du néo-védanta, explorant la nature de l'expérience dans ses textes et essais tout en partageant son expérience de l'éveil dans des satsangs et ses ouvrages.

    C'est par hasard que Rupert Spira découvrit la poésie de Roumi1 à l'âge de 15 ans, en 1975. Peu de temps après il apprit le Mevlevi, une danse soufiesacrée, composée de mouvements tournants, de prières et de méditation, au Colet House de Londres.

    Puis, peu de temps après, il rencontra son premier maître, le Dr. Francis Roles, qui fut lui-même un élève de Shantananda Saraswati (en) le Shankaracharya du nord de l'Inde. Au côté du Dr. Roles il apprit la méditation transcendantale et se familiarisa avec le système classique de l'Advaita ou non-dualité. Ceci marqua le début d'un intérêt et d'une pratique qui dure depuis 25 ans.

    À partir de ce moment-là, il entreprit de lire l'intégralité de l'œuvre du philosophe russe Piotr Ouspenski et apprit les danses et mouvements de Gurdjieffdont le philosophe était l'élève assidu et scribe. À la fin des années 1970, il assista aux dernières rencontres de Krishnamurti du Brockwood Park, proche de sa maison d'enfance et fut profondément impressionné et influencé par sa rigueur intellectuelle et son extrême humilité. Pendant toutes ces années, il étudia aussi les enseignements de Ramana Maharshi et Sri Nisargadatta Maharaj. À la fin des années 1980, il s'intéressa brièvement aux enseignements de Da Free John dont les premiers écrits l'ont profondément marqué.

    Un tournant dans le parcours de Rupert Spira le mena aux côtés de Robert Adams, mais celui-ci mourut deux jours après son arrivée. Cependant, lors de son séjour, Rupert entendit parler d'un autre enseignant de la non-dualité, Francis Lucille.

    Plusieurs mois plus tard Rupert rencontra Francis. Les premiers mots de Francis furent : "La méditation est un 'Oui' universel à toute chose." Bien que cette phrase soit assez ordinaire dans le giron de la spiritualité, elle n'en fut pas moins fondamentale dans la vie de Rupert : "A ce moment-là je sus que j'étais enfin de retour chez moi, que cette rencontre était le point d'orgue et l'accomplissement de 30 ans de recherches." Lorsqu'à la fin de leur première rencontre, Rupert demanda à Francis ce qu'il devait faire après, Francis répondit : "Viens aussi souvent que tu pourras".

    Durant les douze années suivantes, Rupert passa avec Francis, tout le temps libre que ses engagements professionnels et familiaux lui permettaient de prendre, explorant le sens de la séparation tel qu'il se manifeste dans le mental sous forme de croyances et de concepts mais surtout, tel qu'il est ressenti dans le corps de par la sensation d'être localisé et limité. Francis enseigna à Rupert les principes de la voie directe d'Atmananda Krishna Menon (en), ainsi que l'approche tantrique du Shivaïsme du Cachemire qu'il avait reçu de son maître Jean Klein.

    De la quintessence de ces années, Rupert écrit :"La plus grande découverte dans la vie est de comprendre que notre véritable nature ne partage ni les limites, ni le destin du corps et du mental. Je ne sais pas si ce sont les mots, les actions ou la présence du maître ou de son enseignement qui semblent éveiller la reconnaissance de notre nature essentielle telle qu'elle est véritablement ainsi que sa réalisation dans notre vie, mais je suis éternellement reconnaissant à Francis pour son amitié."